vendredi 20 mai 2011

L'INTIMIDATION DÉMOCRATIQUE

Je ne sais pas si vous avez entendu le bruit qui court dans certains milieux montréalais, mais il semblerait que la mairesse d'Outremont ait récemment fait l'objet de menaces téléphoniques.

Selon une source digne de confiance, Marie Cinq-Mars subirait les foudres d'éléments de la communauté hassidique qui n'auraient pas digéré que la première dame d'Outremont ait refusé de modifier le règlement 1171
à propos de la circulation des autobus dans les rues résidentielles et du stationnement durant les fêtes religieuses hassidiques. Il faut lire le compte-rendu de la dernière séance du conseil d'arrondissement d'Outremont dans L'Express d'Outremont

L'intimidation, les menaces et le vandalisme ne sont, hélas, pas des agissements exceptionnels à Outremont et au Plateau. Un juge et son épouse dont je dois taire les noms (je ne parle pas ici de notre mairesse) ont été victimes de menaces téléphoniques et de vandalisme à leurs deux voitures après que l'épouse du couple eut dénoncé un dortoir illégal et des autobus intercités à quelques maisons de chez eux. Il est de notoriété publique que la conseillère indépendante Céline Forget a subi les foudres de plusieurs intégristes religieux pendant de nombreuses années.
J'ai personnellement été (et suis toujours) l'objet d'intimidations vicieuses. Au fil des ans, bien d'autres citoyens ont goûté à une médecine peu orthodoxe.

En juin 2010, même l'attaché politique du maire Ferrandez (du Plateau) a été suivi, photographié, filmé et apostrophé disgracieusement par un lobbyiste notoire de la communauté hassidique (Max Lieberman, pour ne pas le nommer). M. Lieberman n'appréciait pas du tout que l'émissaire du maire se promène dans les rues et ruelles du Mile-End en s'attardant, à l'occasion, à certains lieux particulièrement délabrés. L'attaché politique était resté interloqué par cette forme d'intimidation. Choqué par l'attitude de M. Lieberman, il avait estimé qu'il aurait pu porter plainte à la police. Trois mois plus tôt, le 5 mars 2010, c'est Jean-Luc Mongrain qui avait eu affaire à ce cher Max dans le cadre de son émission de télé.

Ces derniers temps, certains ténors de la secte sont sur les dents. Le processus référendaire en cours n'est pas étranger à l'agressivité dont ils font preuve.

Le 20 février 2011, par exemple, Max Lieberman s'est permis de faire de l'intimidation à l'encontre d'une des personnes qui faisaient du porte-à-porte pour inviter les résidents à signer la pétition qui allait permettre l’ouverture du registre référendaire. La personne en question était une femme. C'est apparemment plus facile à intimider, n'est-ce pas, Max?

Cliquer ICI pour voir cinq prises de vue de l'intimidation exercée par Max Lieberman le 20 février 2011.



Max Lieberman n'est pas le seul à pousser le bouchon outre mesure. Mayer Feig, le lobbyiste hassidique et principal porte-parole de la synagogue du 5363 qui cherche à agrandir son lieu de culte, ne donne pas sa place non plus.

Le 12 avril 2011, journée de la signature du registre référendaire, M. Feig a fait le pied de grue toute la journée devant la bibliothèque du Mile-End où se déroulait l'opération.

Il a ainsi réussi à décourager des commerçants qui souhaitaient signer le registre, mais qui, en le voyant faire le guet et dévisager les citoyens et citoyennes qui allaient exercer leur droit démocratique, ont rebroussé chemin.

Mayer Feig utilisant son appareil-photo, téléphone et calculatrice devant la bibliothèque, le 12 avril 2011. Cliquer sur la photo pour zoomer.


Des citoyens se sont plaints auprès de Me Claude Groulx, le secrétaire
d'arrondissement du Plateau responsable du bon déroulement du processus référendaire, d'avoir été intimidés par M. Feig à l'entrée de la bibliothèque.

Me Groulx a même dû chasser le lobbyiste intégriste qui rodait au deuxième étage de la bibliothèque
à l'endroit où les gens se rendaient signer le registre. M. Feig n'a quitté la bibliothèque qu'à 16h30, après avoir compris que les opposants à l'agrandissement de la synagogue avaient le haut du pavé.


Il en faudrait bien davantage pour dissuader Mayer Feig de tout faire pour plomber le référendum.

Le 18 mai 2011, alors que des citoyens faisaient du porte-à-porte pour inviter commerçants et résidents à participer au vote référendaire du 19 juin prochain, Mayer Feig a utilisé la même technique d'intimidation que son coreligionnaire Max Lieberman.

Cliquer ICI pour voir quatre photos de l'intimidation exercée par Mayer Feig, il y a quatre jours à peine.


Dans l'Infolettre du Plateau de 12 mai dernier, le maire Ferrandez demandait implicitement aux citoyens concernés par le vote référendaire d'être «tolérants par rapport aux lieux de culte qui gèrent leurs projets dans le strict respect des règles.»

Dans le strict respect des règles, dit-il?
À vous de juger si les agissements des «notables» hassidiques sont vraiment dignes de nos valeurs démocratiques.

En parlant d'intimidation, avez-vous eu vent de l'altercation entre le conseiller Alex Norris et
Elsie Lefebvre, la présidente par intérim du dernier conseil municipal? L'objet du litige était, une fois encore, la cravate (ou plutôt l'absence de cravate) du conseiller du Plateau. À en croire la leader de Vision Montréal, Anie Samson, M. Norris se serait approché «à deux pouces» de l'élue de Vision Montréal et se serait adressé à elle avec agressivité. «Il a été intimidant, il a été agressif, c'est inacceptable et déplacé. En 16 ans de vie politique municipale, je n'ai jamais vu une telle violence verbale. Un citoyen nous ferait ça, on porterait plainte. C'est de l'intimidation.»

Je ne puis juger de la véracité des allégations (partisanes?) de Mme Samson. N'empêche qui si l'intimidation débarque jusque dans l'arène politique, je me demande où l'on s'en va? Bye! Bye! démocratie.

samedi 14 mai 2011

LES BONBONS ET LA VAISSELLE

« Nous sommes persuadés que la vaste majorité des citoyens qui réagissent négativement à la présence et à la croissance des Hassidims est bien plus inquiète que raciste. La première étape pour les rassurer et pour permettre des relations harmonieuses entre voisins est de garantir le respect de la loi. » Luc Ferrandez, Facebook, vendredi 13 mai 2011, à 09:37

Il aura fallu des années et des centaines de plaintes citoyennes avant qu'un élu municipal ne donne le signal que la réglementation municipale doit s'appliquer de façon équitable et sans passe-droits à tous les citoyens, peu importe leur race, leur religion, leur langue, leur sexe et leur provenance.
Hélas, malgré ses nombreuses années de «service», Marie Cinq-Mars ne pourra pas se vanter d'avoir levé le petit doigt pour mettre le holà à la délinquance et à l'arrogance féodale dont font preuve certains dirigeants ultraorthodoxes. Y'a pas de danger qu'elle admette qu'il y a du deux poids, deux mesures sur son territoire.

C'est au maire
Luc Ferrandez du Plateau Mont-Royal que semble revenir le premier geste concret qui marquera peut-être le début d'un retour à l’équité et au bon sens.
Qu'a-t-il fait que les autorités d'Outremont n'ont jamais osé faire? Le 12 mai dernier, son administration a obtenu de la Cour supérieure du Québec une injonction obligeant la congrégation Yetev Lev (coin Hutchison et Saint-Viateur) à fermer le dortoir illégal qu'elle opère depuis sept ans au 5569 -5571 Hutchison malgré l'interdiction formelle des autorités municipales.
L'injonction exige aussi que le dortoir du 5563 et 5565 n'accueille pas plus de 23 pensionnaires. Il est également ordonné que le passage qui relie illégalement les deux dortoirs soit démoli.

Vue avant de la synagogue récalcitrante et de ses annexes en infraction



Vue arrière des annexes de la synagogue et ses constructions dignes d'un bidonville.
On ne peut que féliciter le maire Ferrandez d'avoir fait ce que tous ses prédécesseurs auraient pourtant dû faire depuis belle lurette.


Prolifération de déchets produits en quantité industrielle par l'occupation illégale des quelques 60 pensionnaires ultrareligieux.
Cliquer pour zoomer


Mais après avoir été chaudement applaudi pour cette initiative, Projet Montréal sera-t-il tenté de
«surfer» longuement sur cette première injonction?

Dans l'Infolettre du Plateau du 12 mai 2011, le maire Ferrandez affirme ce qui suit:
« Nous avions dit que nous sévirions en cas d'illégalité;
nous avons tenu parole et nous le ferons à nouveau
si d'autres situations semblables se présentent.
Nous croyons qu'une telle manifestation de fermeté
rassurera les citoyens qui s'insurgent
contre les usages illégaux et les aidera
à être tolérants par rapport aux lieux de culte
qui gèrent leurs projets dans le strict respect des règles.»

Si d'autres situations semblables se présentent, dit-il? Juste pour nous assurer que les élus ne soient pas sujets à de malheureux trous de mémoire, rappelons-leur, en passant, le
volumineux dossier des irrégularités et des mensonges et fausses déclarations des dirigeants de la synagogue du 5253 Hutchison.

C'est sans parler (et c'est strictement à titre d'exemple) des institutions non conformes dont un citoyen avait révélé l'existence
sur l'avenue du Parc, entre Bernard et Van Horne. Ceux et celles qui étaient présents à la séance du conseil d'arrondissement du 7 février 2011 (rendez-vous à 38 min 48 s) n'oublieront pas de sitôt le chapelet d'adresses d'institutions hassidiques occupées illégalement que le maire Ferrandez avait débité comme une turlute de la Bolduc: «6011B, 5896, 5906, 5843,5870, 6091 et 6080». Bingo!

Dans son Infolettre, M. Ferrandez souhaite que cette intervention [
nous] aidera à être tolérants par rapport aux lieux de culte qui gèrent leurs projets dans le strict respect des règles.
Avec tout le respect que nous lui devons, nous trouvons tout de même qu'il va un peu vite en affaires. Les citoyens ne sauraient se contenter de ce simple premier geste dans la bonne direction pour effacer l'ardoise d'un coup de baguette magique.

On ne voudrait pas être
«casseux de party», mais avant de nous faire accepter un projet d'agrandissement comme celui de la synagogue du 5363 Hutchison, il y a beaucoup de ménage et de rattrapage à faire dans le Mile-End.
Si la majorité des établissements hassidiques du coin n’avaient pas choisi la voie de l’illégalité, de la tromperie et du fait accompli, si les élus des 30 dernières années avaient agi au fur et à mesure que s’étaient présentés les problèmes, les résidents se seraient probablement montrés ouverts à un projet comme celui que l'administration précédente a essayé de nous passer entre les dents pendant les vacances de l’été 2008. Chat échaudé craint l’eau froide! Qui pourrait nous reprocher notre réaction?

Et puis... avez-vous oublié que trois des six conseillers du Plateau ont eux-mêmes voté contre cet agrandissement, le 7 février 2011? Ils ne l'ont certainement pas fait pour le fun d'aller à l'encontre de la volonté de leur chef.

Rappelez-vous. Pour expliquer son désaccord, Richard Ryan avait entre autres dit
que «ce n'est pas l'endroit pour agrandir une synagogue». Carl Boileau avait voté contre parce qu'il doutait «de la capacité d'intervention administrative à faire respecter le zonage... et à pouvoir gérer le développement des lieux de culte comme nous pouvons le faire avec les bars et les restaurants». Quant à Josée Duplessis, elle avait refusé de voter pour la dérogation parce que « le développement de différents cultes se fait de plus en plus dans des sous-sols, dans des garages et que cela crée une problématique de zonage et de voisinage».

Finalement, contrairement à ce qu'ont toujours cherché à nous faire croire certains élus favorables au projet, une conseillère en aménagement de l'arrondissement et les promoteurs hassidiques eux-mêmes, les dirigeants de chacune des synagogues ultraorthodoxes du coin ne sont pas indépendants les uns des autres.

Qu'ils soient Bobov, Satmar ou Belz, les Feig, Englander, Werzberger, Rosenberg et Lieberman sont comme les cinq doigts de la main. Prétendre qu'un de ces dirigeants ou porte-parole hassidique mériterait notre tolérance parce qu'il aurait fait preuve de plus de respect des règlements municipaux que les autres relève de la désinformation ou de l'ignorance. Sur ce blogue, de nombreux exemples de comportements répréhensibles
ont déjà été démontré à plusieurs reprises pour chacun de ces leaders ultrareligieux.

Je ne sais pas comment c'est chez vous, mais chez moi, si je promets un sac de bonbons à mes enfants s'ils lavent la vaisselle du souper, je ne leur donne pas après qu'ils aient lavé la première assiette. J'attends qu'ils aient bien rincé jusqu'à la dernière fourchette avant de leur donner leur récompense. Comme ça, j'ai plus de chance que les choses soient faites correctement et à mon goût.

À bon entendeur, salut!

lundi 9 mai 2011

ÉPIDÉMIE DE DISPARITIONS D'ÉLUES

Après la mystérieuse disparition de Ruth Ellen Brosseau, l'élue fédérale canadienne, voici que l'histoire se répète au sud de notre frontière.

Depuis le 6 mai 2011, le journal ultraorthodoxe hassidique Der Tzitung (Le Journal) a discrètement révélé la disparition de la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton au moment même où le commando d'élite donnait la charge contre la forteresse où était réfugié Oussama Ben Laden.

Le NPD et la CIA se perdent en conjectures.





Lisez l'histoire en cliquant ICI. Vous comprendrez que certains journaux ultraorthodoxes ne publient jamais les photographies de femmes, car elles pourraient être "sexuellement suggestives
"
. De plus, ce serait leur donner trop de pouvoir. On est en quelle année, déjà?

Une deuxième publication hassidique a reproduit la même image tronquée. Cette fois, ce n'est pas au fin fond de Jérusalem, que cela s'est produit, mais bien à New York. Il s'agit du magazine De Voch (La Semaine). Avouez que ça se rapproche drôlement de nous! À quand la disparition de la très lubrique statue de la Liberté?







C'est Hillary qui va aimer apprendre qu'elle est un Sex Symbol.

Si vous êtes fins observateurs, vous remarquerez qu'une deuxième femme dans l'entourage du président s'est aussi volatilisée
. Il s'agit de Audrey Tomason, membre de l'équipe de la Sécurité Nationale.

Cliquer sur la photo pour zoomer






Quand vous aurez terminé de lire ça, citoyennes, ouvrez grand vos sacoches!
Il faudra que vous payiez 40,000$ pour le référendum que veut tenir Projet Montréal le mois prochain sur le Plateau.

Heureusement, c'est pour une noble cause: donner une autre chance aux promoteurs ultraorthodoxes hassidiques d'agrandir leur synagogue du 5363 Hutchison, une rue strictement résidentielle. Les dirigeants de la secte n'ont pas encore digéré qu'on leur ait refusé de percer une deuxième porte en façade pour régler le problème de concupiscence qu'ils ont à la vue d'une femme.

En attendant de faire fléchir les autorités municipales, cliquez ici pour voir comment ils s'arrangent avec la ségrégation des sexes.

mercredi 4 mai 2011

LA BOUCHERIE DES DIEUX

Si vous avez vu le reportage de l'émission Enquête sur la façon dont Le Berger Blanc, la principale fourrière privée au Canada, maltraite ou se débarrasse des 30,000 animaux qui y transitent chaque année, vous avez probablement eu des haut-le-cœur.
Un chien vivant mené à la mort au bout d'une perche du Berger Blanc

Enquête nous révélait les méthodes d'euthanasie cruelles qui y sont utilisées, le peu d'empathie et l'absence quasi systématique d'effort pour retracer les propriétaires des animaux domestiques perdus.


On n'a pas besoin de s'appeler
Brigitte Bardot pour convenir que ce n'est pas une façon civilisée de traiter un être vivant. D'ailleurs, des citoyens du Plateau Mont-Royal n'ont pas attendu le reportage-choc pour dénoncer la boucherie. Dès l'assemblée du conseil de novembre 2010, Mme Judith Wiseman et d'autres citoyens avaient dénoncé publiquement les mauvais traitements assimilés à la torture qui se perpétraient à l'intérieur des murs de cet Abou Ghraib canin. Si bien que le 3 mai 2011, plus de 42,000 citoyens et citoyennes avaient signé la pétition réclamant des changements aux contrats de fourrières municipales. (Pour voir les interventions de quatre citoyens, cliquez ICI et avancez à 37 min 25 s).

Si vous avez été troublé par ce documentaire, j'aime autant ne pas voir la tête que vous ferez lorsque vous apprendrez comment, pour des raisons strictement de croyances religieuses, on écorche vif les animaux destinés à la consommation humaine. Des animaux que vous et moi mangeons à belles dents puisque leurs viandes se retrouvent dans un grand nombre de nos épiceries, petites et grandes. Qu'il soit fait selon les prescriptions de la loi islamique (dhabiha ou halal) ou de la Torah (shehita, cachère ou glatt kosher), l'abattage rituel des animaux a principalement pour but de vider la bête de son sang... impur.
Pour se conformer au diktat religieux, le boucher tranche la veine jugulaire, l'artère carotide, l'œsophage et la trachée de la bête. Le bourreau prend cependant grand soin de ne pas sectionner la moelle épinière des animaux sacrifiés sur l'autel de l'intégrisme. Il ne les étourdit même pas. Tout cela parce qu'en étant pleinement conscient, l'animal a des convulsions qui «améliorent le drainage». À côté de ça, aussi dégueulasse qu'elle puisse être, la piqûre faite sans supervision au Berger Blanc pourrait presque paraître humaine.
Brebis égorgées vives dans un abattoir halal

Si vous avez l'estomac solide, cliquez ICI pour voir un vidéo sur l'abattage halal de brebis, de moutons et de vaches.
Pour tout vous dire, les différences entre l'abattage halal et cacher sont mineures. Lorsque les musulmans égorgent leurs animaux, ils disent : «Au nom de Dieu», et la viande devient halal... mais pas cachère. Lorsque les Juifs égorgent leurs animaux, ils disent : «Au nom de Dieu» et un rabbin doit être présent à l'abattage afin que la viande soit déclarée cachère.

Aux États-Unis, c'est l'organisme People for Ethical Treatment of Animals qui a soulevé l'indignation générale après s'être infiltré pendant plusieurs semaines chez Agriprocessors, la plus importante chaîne d'abattoirs cachers d'Amérique du Nord, propriété de la famille Rubashkin .Les scènes captées à l'intérieur de l'entreprise au Nebraska, en Iowa et au Michigan sont épouvantables à regarder.

Cette vache tout à fait consciente vient de se faire arracher la trachée dans un abattoir cacher. Elle sera relâchée et mettra de nombreuses minutes avant de mourir, exsangue

Si vous avez le courage, cliquez ICI pour voir combien cette technique de mise à mort est absolument révoltante.



D'ailleurs, au sein même de la
communauté juive américaine, ce scandale a créé un tel malaise que des rabbins ont pris part à une table ronde télévisée. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que selon qu'ils étaient plus ou moins orthodoxes, les rabbins ne parlaient pas à l'unisson.

Cliquer ICI pour être témoins de cette discussion entre rabbins.





Ces scandales mis à jour ont même amené Jonathan Safran Foer, l'auteur à succès gagnant du National Jewish Book Award à produire un documentaire (version courte) intitulé If this is kosher... Pour la petite histoire, l'auteur s'est aussi converti au... végétarisme.






Après ce que nous venons de voir, nous pourrons probablement compter sur Piper Huggins, la conseillère du district Jeanne-Mance de Projet Montréal pour qu'elle ne limite pas sa lutte au seul scandale du Berger Blanc. Elle devrait aussi s'attaquer à l'alimentation religieuse.

Mme Huggins, l'artisane du dossier sur la résiliation du contrat du Berger Blanc

Il ne suffit plus de boycotter les
shampooings testés sur des lapins. Il faudrait dénoncer le traitement réservé aux animaux de boucherie massacrés au nom de préceptes religieux quels qu'ils soient.

Les pourfendeurs du Berger Blanc ne pourront pas demeurer insensibles à la viande que des millions de Québécois sont susceptibles de consommer (généralement sans le savoir) pour satisfaire les strictes prescriptions alimentaires d'à peine 35 000 intégristes religieux.

dimanche 1 mai 2011

LE PACTE AVEC LES DIEUX

«Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas» (André Malraux)

Jusqu'aux dernières élections, la compromission avec les sectes de tout acabit et la droite religieuse était en bonne partie l'apanage des conservateurs de Stephen Harper.

À qui sont ces beaux petits petons rose bonbon? Cliquer ICI pour le découvrir.

À dix jours des élections fédérales, Simon Jodoin et Tristan Malavoy-Racine, deux jeunes œuvrant au sein du journal Voir lançaient
un cri d'alarme. Incapables d'accepter que le conservatisme et le fondamentalisme puissent représenter des avenues orientées vers l’avenir, ils nous invitaient à ne pas voter pour le Parti conservateur:
«Que nous soyons fédéralistes, souverainistes, de droite ou de gauche, nous ne pouvons, selon nous, accepter qu’un simulacre de liberté fragilise les acquis du passé».

Mais les choses ne sont plus ce qu'elles étaient. Dans son édition du 26 avril 2011, L'Aut' Journal nous révélait que le Parti libéral et le NPD ont fait une conversion à 180 degrés. Voici maintenant que tous les grands partis fédéralistes pactisent avec le diable... oh! pardon, je veux dire avec les dieux.






Le 24 avril 2011, à l’occasion du jour du Khalsa, Michael Ignatieff flirte avec les disciples du Gurû Nanak Dev. Ainsi déguisé, le chef du Parti libéral semble avoir trouvé son nirvana.






Ne voulant surtout pas se faire damer le pion par son rival, Jack Layton s'est pointé à la même fête religieuse... avec un mini turban à ses couleurs.














Avec son long kirpan, Harper sera-t-il mieux armé pour vaincre ses opposants qui se montrent aussi opportunistes que lui?

Si on se fie à l'agression armée qui a eu lieu à New York au sein même du temple sikh
Baba Makhan Shah Lubana, le 26 avril dernier, les libéraux et les néodémocrates risquent de ne pas fermer l'œil d'ici le dépouillement du scrutin.





Entretemps, nous pourrions demander aux honorables juges de la Cour suprême de visionner le vidéo amateur montrant l'assaut que certains sikhs intégristes ont lancé à coups de kirpan et de battes de cricket.

Cliquer ICI pour le visionner avec eux.

En passant, c'est qui déjà qui a défendu le port du kirpan dans les écoles du Québec? Pas notre bon Julius Grey, quand même?

P.S.: J'Y PENSE... QUAND NOS POLITICIENS VONT VISITER UNE GARDERIE, SE PROMÈNENT-ILS AVEC UNE COUCHE ET UNE SUCE?

ET DANS LES CHSLD, DOIVENT-ILS LAISSER LEUR DENTIER DANS UN VERRE, À L'ENTRÉE, ET SE PROMENER AVEC UNE CANNE OU EN CHAISE ROULANTE?