lundi 31 décembre 2012

LE PÈSE-ÂMES

À la Cour suprême, la seule burqa qui devrait être tolérée est le manteau de neige qui recouvre les voitures en ne laissant à découvert que les glaces des portières.  






Dans plusieurs partys de famille du temps des Fêtes, alors que ça chantait «Pis ôte ta capine. Veux-tu jouer de ma mandoline?», le jugement de la Cour suprême sur le port de la burqa devant les tribunaux a dû pas mal faire jaser. Et pour cause.


Accusant un cousin et un oncle de l'avoir agressée sexuellement, une musulmane de Toronto a exigé, pour des motifs religieux, de témoigner en
portant son niqab. 

Le juge présidant l’enquête préliminaire a conclu que la conviction religieuse de la victime n’était «pas tellement forte» et lui a ordonné d’enlever son éteignoir. 

Froissée, la victime masquée en a appelé à la Cour d'appel qui a conclu que si la liberté de religion du témoin et le droit de l’accusé à un procès équitable ne peuvent être conciliés, le témoin peut être forcé de se dévoiler le visage. 

La jeune intégriste s'est alors tournée vers la Cour suprême qui, comme c'est son habitude en ces matières d'accommodements controversés, a préféré refiler la patate chaude au tribunal de première instance. C'est ce pauvre juge  qui devra se patenter  une espèce de pèse-âmes pour soupeser le poids véritable de la foi religieuse des témoins. Bonne chance!

Comme bien d'autres, Me Julie Latour, ancienne bâtonnière du Barreau du Québec, n'en revient pas. 

Dans un article publié dans La Presse, l'avocate trouve cette situation d'autant plus absurde que la Charte canadienne accorde une protection au port du niqab alors que l'Islam ne le prescrit nulle part. Me Latour estime même que cette utilisation d'une pratique discriminatoire donne un coup de pouce au sectarisme, au détriment de l'esprit universel à la base de la protection des droits fondamentaux.

Quand on pense que même l'ex-ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles (MICC), Yolande James, trouvait que le port du niqab était incompatible avec les valeurs québécoises et n'avait pas sa place dans les cours de francisation réservés aux immigrants, on peut imaginer ce qu'elle doit penser du niqab dans les tribunaux.

Aux prises avec un jugement qui
«légitime un symbole dégradant pour les femmes», l'éditorialiste du Devoir, Antoine Robitaille, invite le gouvernement à recourir à la clause dérogatoire. Comme il le dit: «Une courte majorité de juges à la Cour suprême n’a le monopole ni de l’interprétation des droits ni de la démocratie.» Je seconde! Et vous?


Malgré tout, si Jean Gabin était toujours de ce monde, il aurait pu servir sa réplique légendaire à sa flamme, fut-elle voilée!
«T'as de beaux yeux, tu sais.»













 





BONNE ANNÉE À TOUS, MÊME À CELUI QUI EXAGÉRA ET QUI «CHARIA»

dimanche 23 décembre 2012

LA RENCONTRE DU 3e TYPE


N’en déplaise aux Mayas, il semble bien que nous soyons arrivés à Noël en même temps que tout le monde. Mais êtes-vous vraiment prêts pour le réveillon du Jour de l’An? 

Si vous avez oublié de réserver votre troupe de gigueux pour défoncer la nouvelle année, il n’est pas trop tard pour sauver votre party. Allez vite cogner à la porte de Thomas Mulcair. Il va vous arranger ça en deux temps, trois mouvements.
 

La Noël deThomas au Manoir Outremont : 
Les anges dans SA campagne
Je parie que vous ne saviez pas qu’en plus d’être député d’Outremont et chef du NPD, Thomas est l’impresario d’un fringant band juif ultraorthodoxe. 

Lundi dernier, il a fait monter le groupe Refuah V'chesed sur les planches de la cafétéria du Manoir Outremont. 

Attention les marchettes, les Refuah V'chesed sont là!
Pendant que les musiciens cassaient la baraque au plus grand plaisir des résidents, Mulcair, lui, profitait du Happy hour pour courtiser à la fois les aînés et les leaders hassidiques de la circonscription d’Outremont. Un «deux pour un» bien orchestré. «On voyait ça comme une manière de bâtir des ponts», expliquait le chef du NPD au journaliste de La Presse. Des ponts électoraux, s’entend. 

Regardez la courte vidéo du show. Quand vous verrez comment les marchettes ont pris le bord, vous vous arracherez le band pour le 31 décembre, c'est sûr. Et swinge la Bar Mitzvah dans le fond de la mezouzah!

En bon gérant d'estrades, le lobbyiste Mayer Feig s'est fait un devoir d'être du spectacle et de fouetter l'ardeur de ses troupes.
  
Je vous souhaite à toutes et tous un  joyeux Temps des Fêtes et une très bonne année. Revenez-nous en forme, car mon petit doigt me dit que ça va swinger encore en 2013!

mercredi 5 décembre 2012

LA PETITE GUIGNOLÉE


Dimanche dernier, je fêtais le cinquième anniversaire de mon blogue. Deux semaines plus tôt, je «commémorais» un autre cinquième anniversaire. Celui de la première menace judiciaire lancée contre moi par des leaders de la communauté hassidique qui entendaient bien m'empêcher de dénoncer des gestes et des comportements qu'ils ne souhaitaient pas voir ébruités sur la place publique.

Le 14 janvier prochain, après 60 mois d'attente, je monterai enfin dans le ring du palais de Justice de Montréal pour combattre cette poursuite abusive de 375 000 $ qu'ils m'ont malicieusement collée aux fesses. Un combat non pas de quatre rounds, mais bien d'au moins quatre jours.

Si la justice existe, tout le monde sait qu'elle n'est pas donnée. Pire. Elle n'est pas donnée à tous. Surtout lorsque l'on fait face à des intérêts puissants. C'est la raison pour laquelle une collecte de fond sa été organisée pour me venir en aide.

Mais avant de chercher à passer le chapeau, permettez-moi de vous rappeler ce qui m'a entraîné au cœur de cette incroyable saga.

Les plus «vieux» d’entre vous se souviendront. L’élément déclencheur de cette incroyable saga s’est produit le 1er octobre 2007. 

Ce soir-là, à titre de citoyen, je me suis présenté à la période de questions de l’assemblée du conseil de l’arrondissement d’Outremont. J’ai eu l’outrecuidance de demander au maire Stéphane Harbour (aujourd’hui sous le coup d’accusations criminelles) d’exclure un certain M. Michael Rosenberg d’un comité consultatif d’Outremont. J’avais alors remis au maire un document contenant les motifs justifiant cette requête signée par 38 citoyens d’Outremont et moi-même.

Il semble bien que mon geste ait été perçu comme un crime de lèse-majesté, car au courant du mois de novembre 2007, j’ai reçu, à la maison, la visite inattendue d’un huissier. Il me remettait une mise en demeure signée de la main même de Me Julius Grey. Le célèbre avocat m’intimait de verser 100,000 $ à son client qui n’était nul autre que… M. Rosenberg. Un détail : Michael Rosenberg est le président du Groupe Rosdev, une multinationale milliardaire œuvrant dans le milieu de l’immobilier.



Table des matières de la version 2012
Me retrouvant lilliputien devant Godilla, mon premier réflexe de survie a été de tout faire pour rendre publique cette agression qui m’était faite. Voilà pourquoi, moins de deux semaines après ce coup de massue que m’a asséné M. Rosenberg, j’inaugurais ce blogue. Il m’a permis d’alerter les médias, de sensibiliser le public, d’interpeller les politiciens et... d’étoffer substantiellement mes dénonciations. Jetez un coup d’œil à la version mise à jour en 2012 du dossier Rosenberg.  

Depuis sa mise en demeure de 2007, M. Rosenberg m’a réservé toutes sortes de charmantes petites attentions. 

Aux menaces civiles suivirent les menaces au criminel  qui débouchèrent sur un procès de cinq jours que j’ai dû subir devant la Cour du Québec. 

Un gars heureux à la sortie du tribunal, le 28 mars 2011

Heureusement, après des centaines d’heures de préparation et les services d’avocats chevronnés, j'en suis sorti vainqueur en mars 2011.

Aujourd’hui, je m'apprête à livrer mon deuxième combat extrême contre M. Rosenberg et M. Alex Werzberger qui s'est joint à son coreligionnaire dans cette poursuite civile. Il se tiendra du 14 au 17 janvier 2013. (Cliquer ICI pour lire l'acte d'accusation) Pour connaître ma défense, il vous suffira d'assister au procès puisque les audiences du tribunal sont publiques.


Outre l’impact que cette poursuite a sur ma personne, sur ma famille et ma vie professionnelle, ce nouveau procès risque de grever sérieusement mon petit bas de laine troué.

Je n’ai jamais personnellement sollicité une aide financière pour le militantisme que j’ai mené dans le cadre d’enjeux publics municipaux, mais à l’instar de l’ex-leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois, je lance aujourd’hui un appel à tous dans l’espoir de recueillir des dons pour me soutenir dans mes démarches judiciaires.
 

Depuis 2008, un groupe de résidents d’Outremont et du Plateau a mis sur pied le comité Citoyens pour l’équité réglementaire (CER). Comme son nom l’indique, cet organisme à but non lucratif veille à ce que la réglementation municipale soit appliquée équitablement à l’égard de tous les citoyens, sans passe-droit pour un groupe ou un autre de résidents. En plus de faire de la sensibilisation auprès du public, le CER organise des collectes de fonds pour appuyer des dossiers devant les tribunaux. (visionner leur vidéo

À quelques reprises, ces dernières années, le comité a été en mesure de m'apporter un certain soutien. En ce moment, par exemple, le CER sollicite des dons auprès de citoyens pour me venir en aide. Mais en raison de l’ampleur de cette poursuite — les frais judiciaires pourraient se chiffrer en dizaine de milliers de dollars —, les administrateurs du CER m’ont permis de lancer cet «appel à tous» en leur nom. Il est bien clair, cependant, que les sommes recueillies sont perçues et strictement gérées par les administrateurs du CER.  

Le comité suggère des dons de 100 $, mais il accepte évidemment des sommes de plus ou de moindres valeurs. Le comité s’engage à ne jamais divulguer l’identité, les coordonnées et le montant de la contribution des donateurs.

Si vous souhaitez m’épauler, je vous invite à prendre connaissance du communiqué du CER,  puis à faire parvenir vos chèques libellés au nom de Citoyens pour l’équité réglementaire (CER) à l’adresse suivante :

Citoyens pour l’équité réglementaire (CER)
C.P. Bernard
48 053
Montréal (Québec)
H2V 4S8

Vous pouvez également faire part de vos suggestions et commentaires au CER en écrivant à cette même adresse ou encore par courriel : equite2011@hotmail.com

 
Que vous soyez en mesure ou non de contribuer à ma défense, je vous remercie sincèrement d’avoir pris le temps de fureter sur mon blogue.

dimanche 2 décembre 2012

LES BONNES PÂTES - partie III


Séparer le bon grain de l'ivraie. Dans la stratosphère du religieux, cette métaphore semble être une véritable fixation. Coûte que coûte, il faut départager le bien du mal, les bons des méchants, les élus des perdants.

Dans la culture juive, la cacherout est un symbole de solidarité communautaire. Comme l’a déjà expliqué Ira Robinson, professeur de religion de l’Université Concordia, «elle permet de diviser les Juifs des non-juifs et de créer un sentiment d’appartenance».


Ira Robinson et Djemila Benhabib

Chez les musulmans, le halal est l’application de la charia ou loi islamique dans tous les aspects de la vie quotidienne. Même dans le dentifriceDjemila Benhabib le décrit comme «une espèce de cordon sanitaire qui préserve la «pureté» des musulmans du reste de la société d’accueil». Inch Halal!

 Mais les produits assujettis à la «halalisation» ou à la «cachérisation» ont-ils des propriétés particulières que les denrées non soumises aux règles du Talmud ou du Coran n’ont pas? 

Mme Danielle Medina, présidente de l’entreprise Food with a conscience, fait en partie son beurre en moussant la certification cachère. Une certification que sa firme ambitionne étendre à l’ensemble des aliments. 

Récemment interviewée dans le cadre de l’émission J.E. (avancer à 1 min 49 s), Mme Médina soutient que son étude de faisabilité établit «que le consommateur associe le produit kosher [sic] à l’hygiène alimentaire, à l’équilibre nutritionnel»

Le gouvernement Harper prêche la même chose. Selon Agriculture et Agroalimentaire Canada (voir p. 4 et 7) , les consommateurs américains achèteraient des produits cachers parce qu’ils sont inspirés par la qualité du label. Mieux. Ces aliments profiteraient de la popularité croissante du mouvement écologiste, car «les précautions entourant leur fabrication donnent à penser qu'ils sont plus purs et plus naturels». Agriculture Canada prétend même nous en fournir une preuve «irréfutable» en ajoutant : «Comme les enseignements sacrés du judaïsme prônent le respect de la terre et des êtres vivants, les aliments cachers
répondent aux préoccupations des consommateurs respectueux des principes éthiques». C’est tellement gros qu’on est en droit de se demander quel organisme a bien pu dicter le contenu de ce document gouvernemental.

Comme ça, les consommateurs achèteraient des produits cachers parce qu'ils les considèrent de meilleure qualité? Pourtant, en 1987, Schulem Rubin, un rabbin du Bronx interviewé par le Washington Post, était on ne peut plus clair: «Kosher doesn't taste any better; kosher ins't healthier; kosher doesn't have less salmonella. Religion is not based on logic.»
 
Et chez nous? Est-ce vraiment parce que les Québécois non juifs sont préoccupés par leur bien-être et la salubrité des aliments qu’ils constituent la très grande majorité des consommateurs de produits cachers? Hummmm! Est-il permis de s’inscrire en faux?

Allez donc demander aux consommateurs québécois qui sortent de l’épicerie s’ils savent que plus de 70% des aliments et des produits qu’ils consomment sont cachers. La très grande majorité ne saura même pas de quoi vous parlez. Même des spécialistes des communications, des gens très éduqués, n’auront jamais remarqué l’une des trop discrètes estampilles qui se terrent dans les replis d’emballages. Faites-leur faire un inventaire de leur frigo et ils tomberont à la renverse en réalisant qu’ils mangent «religieux».

Nous ne voudrions pas faire de peine à Mme Danielle Médina, ni même à M. Alex Werzberger qui siège au conseil de direction du Vaad Ha’ir de Montréal, mais tout le monde ne souscrit pas à l’idée que les produits halal ou cachers constituent une garantie supplémentaire de qualité.

La réputation du magazine Protégez-Vous n’est plus à faire. En 2002, ses équipes de professionnels ont procédé à une évaluation de l’alimentation cachère. Leurs conclusions? Les denrées cachères n’apportent rien de plus que les aliments « normaux ». Mme France Provost, de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, a été formelle là-dessus : «Dans les deux cas, la qualité est strictement la même». 


La seule véritable différence, lit-on dans l’étude, c’est qu’il est nécessaire de verser une «taxe rabbinique» pour remercier le rabbin de ses services et pour utiliser l’un des nombreux symboles de certification cachère. Chez le producteur de yogourts Liberté, un cadre a évalué ce coût à 0,01¢ par produit vendu. 

Vous trouvez que c’est de l’enculage de mouche que de s’intéresser au prélèvement d’un centième de cent? Vous avez peut-être oublié ce qui s’est produit en 2011 lorsque les Européens ont proposé d’instaurer une taxe de 0,01% sur les produits dérivés financiers. Les Américains ont catégoriquement refusé l’idée et les Britanniques ont lancé de hauts cris en soutenant qu’un tel niveau d’imposition entraînerait une délocalisation des transactions financières vers des pays tiers.  Comme quoi, les centièmes de ci et de ça ne sont pas insignifiants pour tout le monde.

Ici ou ailleurs dans le 
60% du halal en France est contrôlé par les Frères Musulmans
monde, on peut aussi se demander dans quelles institutions religieuses aboutissent ces redevances. Alors que certaines échappent au fisc, d’autres servent à alimenter des groupes intégristes pour le moins inquiétants (cliquer sur l'image pour visionner le reportage). 

Au Canada, en matière de salubrité des aliments, personne ne peut se péter les bretelles. On n’a qu’à penser au scandale de l’abattoir XL Foods, d'Alberta pour s’en convaincre.

Mais sur le tout petit territoire d’Outremont et du Plateau, peut-on se fier aveuglément à la salubrité et à la qualité des aliments religieusement préparés ou distribués? Hélas, pas toujours. 

En juillet 2011, j’avais publié La tourista, une chronique qui parlait, entre autres, du service traiteur cacher Oineg Fine Kitchen, situé au 360 rue Saint-Viateur Ouest, à deux pas du célèbre YMCA de l’avenue du Parc. Aujourd’hui, près d’un an et demi plus tard, ce bouiboui occupe encore le deuxième rang au palmarès des établissements alimentaires montréalais ayant accumulé le plus grand nombre d’amendes. Avec un score de 18 900 $ de contraventions, il figure toujours dans le peloton de tête au chapitre des plus fortes sanctions imposées aux contrevenants sur l’île de Montréal

Oineg n’aurait pas été le seul établissement ultraorthodoxe à faire fi des normes de salubrité. De 2003 à 2007, une entreprise de distribution de produits cachers a opéré un entrepôt sur la rue Bernard, à l’est du boulevard Saint-Laurent.

Deux anciens travailleurs nous ont contactés pour nous confier certaines pratiques qui auraient eu cours à l’intérieur de ce hangar qu’ils ont qualifié de totalement insalubre, infestés de rats et de vermine. 

L'entrepôt insalubre de la rue Bernard
Sous les ordres de deux hommes d’affaires hassidiques d’Outremont, une dizaine de travailleurs provenant en grande partie de pays d’Europe de l’Est déchargeaient et transféraient des cargaisons de denrées périssables provenant d’Israël et des États-Unis.


Chaque semaine, entre quatre et cinq camions remorque de 53 pieds auraient déversé leur marchandise dans cet entrepôt. La remorque couverte de graffitis aurait servi de congélateur.

Selon les dires de ces employés payés sous la table, les dirigeants de l’entreprise auraient exigé d’eux qu’ils utilisent du dissolvant à vernis à ongles pour effacer les dates de péremption estampillées sur les contenants (crème sûre, fromage cottage et râpé, garniture, jus, etc.) pour les remplacer par une date qui redonnait une nouvelle vie à des produits périmés, voire rancis ou carrément moisis.

Qu'est-il arrivé à cet entrepôt? À l’hiver 2005, une descente des forces policières et sanitaires aurait eu lieu tôt le matin. Aux dires d'un des travailleurs qui se trouvait sur place ce matin-là, l'entrepôt a été fermé pendant deux semaines avant de reprendre ses activités comme si rien ne s'était passé. En 2007, l'entreprise a simplement déménagé ses pénates ailleurs sur l'île de Montréal.

Ragoûtant, tout cela, n'est-ce pas?

jeudi 22 novembre 2012

BLANCHIMENT D'ENFANTS


On connaissait le trafic d’alcool dans certains lieux de culte hassidiques, les dortoirs clandestins, les synagogues illégales, le transport interdit par autobus intercités, les écoles non conformes aux normes du ministère de l’Éducation, les travaux sans permis, mais ça…

Si vous avez consulté le site Web de Radio-Canada ou écouté l'émission Désautels cet après-midi , vous aurez appris comme nous que le Gan unifié, l'organisme qui coordonne le réseau de garderies hassidiques en milieu familial a fait l’objet d’inspections dont les premiers résultats font sursauter. 


Le Gan unifié serait incapable de surveiller et de gérer correctement les 122 garderies et 487 enfants dont il est responsable. Un petit détail : le seul réseau de garderies du Québec qui repose totalement sur une ghettoïsation religieuse a reçu quelque 20 millions de dollars de subventions depuis 2006. 

 
Les inspecteurs n’ont encore vérifié que huit des 122 dossiers du réseau de garderies en milieu familial et il appert qu’aucune d’entre elles ne tient de registre permettant de vérifier si les enfants ont fréquenté les garderies ultraorthodoxes. Et cela, même si le ministère réclame cette information depuis… 2007!

Ces huit garderies n’offrent qu’un service de garde à temps partiel, alors que le Gan unifié reçoit des subventions comme s’il offrait des services à temps plein. Méchante belle passe, le blanchiment d’enfants! 


Cerise sur le Sunday, les subventions au Gan unifié augmentent année après année. Voilà des gens qui sont morts de rire avec l’argent de nos impôts.  

Ne serait-il pas le temps de demander au gouvernement Marois d'adopter une directive pour interdire la religion dans les services de garde en milieu familial comme avaient songé le faire les libéraux en 2011? Si la ministre de la famille, Nicole Léger, a besoin d'arguments, nous l'invitons à relire l'article de Louis Rousseau, chercheur principal du GRIMER (Groupe de recherche interdisciplinaire sur le Montréal ethnoreligieux, publié dans Le Devoir, en mai 2006.

Revenons à ce réseau de garderies de style rhodésien. Dans la liste des administrateurs du Gan unifié, on retrouve le nom de Mme Rifka Hanfling. Attendez une minute. Hanfling, Hanfling… ça nous sonne une cloche. Ben oui! C’est cette dame hassidique qui servait d'hôtesse lors de la journée porte ouverte de la synagogue du 5363 Hutchison qui cherchait à s’agrandir. C’est cette même Mme Hanfling qui a siégé au conseil d’administration du Centre de la petite enfance Toldos, un CPE de la secte hassidique skver qui a été installé illégalement au 845, rue Querbes de 2009 à 2011, soit jusqu'à ce que la mairesse Cinq-Mars ne modifie le zonage pour accommoder ses «ti-namis».

Maudit que le monde est petit, vous ne trouvez pas?

jeudi 15 novembre 2012

LES BONNES PÂTES - partie II




Il y a cinq ans, le Québec tout entier était branché sur les audiences publiques de la Commission Bouchard-Taylor. On s'en repaissait alors comme on se délecte aujourd'hui du strip-tease que nous offrent des entrepreneurs mafieux et des fonctionnaires rapaces sur la scène de la Commission Charbonneau.

Je n'oublierai pas de sitôt ce soir d'automne 2007 où j'ai entendu le commissaire Gérard Bouchard tirer à bout portant un homme de la rue venu se plaindre de la «taxe cachère» que tous ceux qui ne font pas la grève de la faim sont forcés d'acquitter. Du haut de sa morgue et de sa sacro-sainte affectation, l’éminent sociologue l’avait crucifié en direct à la télé, qualifiant ses propos de «honteusement antisémites». J’en étais resté bouche bée.

Je me suis demandé si le pope du Saguenay avait souvent cette mauvaise habitude de se limiter à Wikipédia pour étayer ses savantes thèses.

Dans le rapport qu’il a pondu avec son acolyte Charles Taylor, le docte sociologue a décrété que «les rabbins ne tirent pas profit de la certification [cachère]». Son jugement péremptoire était d’autant plus surprenant que, quelques lignes plus haut, M. Bouchard avouait que sa certitude n’était basée que sur des «témoignages et des aperçus partiels». Avouez que ce n’est pas fort.

De toute évidence, le chantre de l’interculturalisme n’est pas un expert de la BRM. Oui, oui, la BRM ou, si vous préférez, la bouffe religieusement modifiée.

Louise Mailloux

L’expression n’est pas de moi, mais bien de Louise Mailloux, professeure de philosophie au cégep du Vieux Montréal et cofondatrice du collectif citoyen pour l’égalité et la laïcité (Cciel).

Je conseillerais fortement à Gérard Bouchard de visionner l’épisode de l’émission Bazzo.TV intitulé La religion a-t-elle sa place dans nos assiettes ?  Louise Mailloux y croise le fer avec Daniel Weinstock sur la problématique de la nourriture halal et cachère qu’on nous fait avaler de force, partout.

La tête de Joseph Facal alors que Louise Mailloux explique les dessous de la nourriture religieuse à l'émission Bazzo.TV.


J’invite ardemment tout le monde à lire Le poulet sacré, une chronique du blogue de Louise Mailloux dans laquelle elle  dénonce la finalité de la bouffe religieusement modifiée avec une verve et un humour absolument décapant.  


Finalement, je suggère aux non-intégristes religieux de dévorer La laïcité ça s’impose !, son plus récent ouvrage. 

Mise en garde: 

Il est déconseillé de consommer ce livre avec un petit verre de vin cacher



La sainte vigneronne et son rabbin à casquette
Vous allez comprendre pourquoi en visionnant Les Vignes du Seigneur, un reportage sur le calvaire d'une vigneronne française qui a eu la très très bonne idée de demander la certification cachère pour sa nouvelle cuvée.


jeudi 8 novembre 2012

LES BONNES PÂTES - partie I


Saviez-vous qu’il y a un an (le 4 novembre 2011), le gouvernement conservateur a pris l’engagement de soutenir généreusement le secteur des aliments religieux à Montréal? 

Le ministre Paradis entouré des bénéficiaires de la subvention, 
dont le rabbin David Banon, à l'extrême droite.
Alors que Harper saigne de 46,6 millions de dollars le budget de l’Agence canadienne d’inspection des aliments et coupe 314 de ses inspecteurs, son ministre de l'Industrie et ministre d'État (Agriculture), Christian Paradis a versé la coquette somme de 763 650 $ à Vaad Ha’ir, la branche du Conseil de la communauté juive de Montréal responsable de la cachérisation des aliments.

Comme ça, les évangélistes d’Ottawa
se donnent pour mission de convertir des inspecteurs des aliments qualifiés en ronds-de-cuir religieux aux compétences apparemment  clopin-clopantes. Ce n’est pas moi qui le dis, mais plutôt M. David Macdonald, économiste au Centre canadien de politiques alternatives qui s’en confie aux journalistes de l’émission J.E. dans un nouveau reportage fort intéressant intitulé De l’inspecteur au rabbin.

 
Le rabbin Salomon Karmel en pleine «inspection»

Il faut voir le rabbin Salomon Karmel dans une boulangerie de l'avenue Bernard faire des «spot check» cahin-caha, à la recherche de bibittes dans la farine et le sucre. Le pauvre homme est tout sauf convaincant dans son rôle «d’inspecteur». Ce ne sont certes pas ses propos et ses gestes qui vont rassurer les consommateurs.

Le rabbin Banon avec Michael Appelbaum, en mai 2012
Et que dire du rabbin David Banon qui raconte, petit sourire en coin, que le Conseil de la communauté juive de Montréal n’impose à personne de manger cacher. Il se fout de nous ou quoi? Saviez-vous que les produits conformes aux lois hébraïques occupent déjà plus de 80 % de l’espace sur les étagères de nos supermarchés? Vous ne le croyez pas? De deux choses l'une: ou bien vous réécoutez le reportage De l’inspecteur au rabbin ou encore vous essaierez de remplir votre panier d’épicerie de produits qui ne soient pas bénis par un rabbin. Vous n’aurez plus jamais besoin d’un abonnement chez Weight Watchers!

À la lumière du reportage de l’émission J.E., il semble que cette quasi-saturation de produits religieux ne soit pas encore suffisante pour satisfaire les 35 000 personnes (0,4 % des 8 millions de Québécois) qui les consomment par conviction religieuse. Voilà maintenant que ces organisations viseraient à étendre la cachérisation à l’ensemble des aliments toujours païens. On pourrait même dire que la conquête de la planète est déjà fort bien entamée.

Saul Emanuel, directeur général de Vaad Ha’ir de Montréal

Dans l’édition d’octobre 2012 du magazine Canadian Grocer, le directeur général de Vaad Ha’ir de Montréal, le rabbin Saul Emanuel explique sans détour qu’en Amérique du Nord, la certification cachère est devenue une exigence incontournable (essential requirement) pour les entreprises du secteur agroalimentaire. «Sans la certification cachère, dit-il, il est presque impossible de voir ses produits acceptés dans les épiceries américaines».

En 13 ans, le nombre d’agences de certification cachère est passé de 18 à… 1 063 à travers le monde. Le rabbin Yosef Wikler, rédacteur en chef du Kashrus Magazine In America estime qu’aux États-Unis seulement, la certification cachère est un business de 200 millions de dollars par an.
 

Avec 16 000 fabricants d'aliments certifiés cachers, lesquels produisent plus de 110 000 articles qui portent déjà le label cacher et auxquels s'ajoutent 2 500 nouveautés chaque année, on n’a aucun mal à concevoir que c'est fort lucratif. Même que ces fameux 200 millions apparaissent être un pactole très conservateur. On n'a qu’à imaginer ce que cela implique pour une entreprise comme Pillsbury que de se convertir à la cachérisation. Interviewé par le Bloomberg Businessweek, le rabbin  Moshe Elefant, chef d’exploitation de l’agence de certification Orthodox Union, parle d’un effet domino. «Cela implique des milliers d’ingrédients fabriqués par des centaines d’entreprises dans des milliers d’usines. Tous  doivent être certifiés».

En 2006, M. Saul Emanuel expliquait que pour chaque article qu’elle souhaitait faire certifier, une entreprise devait, entre autres, inclure un chèque de 575,12 $... non remboursable. Cela ne comprenait évidemment pas les frais d’inspection annuelle de plusieurs milliers de dollars.


 Dans le reportage de J.E., M. Kevin Hart, le propriétaire de la boulangerie Homemade Kosher de l'avenue Bernard estime que la routine de la certification fait augmenter ses coûts de 5 à 7%. 

Eh! oui. C’est à vous et moi, bons consommateurs, bons samaritains et bonnes pâtes que nous sommes, qu’est refilée la facture. Comme l’expliquait M. Emanuel dans le journal Montréal Campus, une fois les « inspecteurs »payés, le bureau de certification cachère donne une partie de ses profits à des organismes de charité juifs. «Nous aidons à perpétuer l’enseignement juif, ici et en Israël.», avoue le rabbin.

Heureusement que notre contribution (involontaire) sert à une bonne cause! Est-ce un accommodement raisonnable comme le laisse entendre le rabbin David Banon? Certains qualifieraient plutôt cela se faire rouler dans la farine… cachère.

mercredi 31 octobre 2012

LES TABERNACLES DE L'AVENUE DU PARC


Le 17 novembre 2011, Alex Norris, le conseiller de Ville de Projet Montréal dans l'arrondissement du Plateau m’écrivait le commentaire suivant sur mon blogue : «Il est totalement faux que notre administration n'ose pas sévir en cas de manquement aux règlements par des membres de la communauté hassidique». Pour tenter de m’en convaincre, il a évoqué le jugement d'outrage au tribunal que son administration avait obtenu contre le dortoir illégal de la secte hassidique, au 5569-5571 Hutchison.

Même s’il nous a fallu dénoncer pendant des années l’existence de ce nique à feu avant que vous agissiez, les résidents ont applaudi bien fort votre exploit inaccoutumé, M. Norris. Mais, hormis cette exception qui confirme la règle, qu’avez-vous fait pour mettre au pas toutes les autres synagogues-taudis ou qui ne respectent pas votre réglementation sur le zonage? Niet. Électoralisme oblige, vous évitez, tant que faire se peut, d'exiger le respect de vos règlements.

Ces dernières années, en plus de squatter les rues résidentielles, plusieurs synagogues ont poussé comme des champignons sur l’avenue du Parc, au nord de la rue Bernard. Pourtant, le zonage de cette portion de l’avenue du Parc interdit spécifiquement l’établissement de lieux de culte.

Pour vous en laver les mains, vous vous limitez à répéter que les permis sont délivrés pour des centres communautaires, ce que le zonage de ce tronçon de l’avenue du Parc permet.

Vous pouvez bien vous mettre la tête dans le sable, M. Norris, mais nous ne sommes pas dupes.

Pour vous mettre le nez dans vos contradictions, nous ne tenterons plus de vous convaincre que les locaux comme ceux du 5870, 5896 à 5906 et 6082 avenue du Parc ne sont rien d’autre que des synagogues trafiquées. Nous avons compris que c'était peine perdue. Nous laisserons plutôt les leaders hassidiques l’avouer eux-mêmes.


Ils ont craché le morceau bien candidement le 17 juin 2012, journée où près d’un millier d’ultraorthodoxes ont participé à un imposant et très bruyant défilé pour célébrer l’inauguration d’un tout nouveau rouleau de prière. 

video 
Visionnez, ci-haut, un extrait de cette fête tonitruante filmée à l'entrée de la synagogue illégale


Voici le rouleau de prières destiné à la synagogue illégale du 5870 avenue du Parc

Sur le blogue Outremont Hassid, un certain Boruch Posner (nom fictif?) a pris la peine d’expliquer les tenants et aboutissants de ce cortège exalté. 

Il vaut la peine de lire sa chronique pour mieux comprendre la signification de cet évènement.









  

Dans son texte, Posner n'a aucune gêne à raconter que le sacro-saint rouleau de prière prend le chemin de la synagogue à laquelle il est destiné. Oui, vous avez bien lu. Le chroniqueur parle d'une synagogue. Il tombe sous le sens qu'un objet aussi précieux et vénéré est promis à une synagogue et non pas à un vulgaire centre communautaire.


Chaque jour, depuis très tôt le matin, des flopées de fidèles de la secte s'y rendent prier avec leur pochette à téfilines dans les bras. Pas besoin d'avoir été journaliste à The Gazette, M. Norris, pour comprendre qu'il n'y a pas de centres communautaires sur ce tronçon de l'avenue du Parc, mais bien des synagogues.

En allant réclamer des permis pour des centres communautaires, les leaders hassidiques vous remplissent comme des petits fours cacher. Et de toute évidence, vous vous accommodez fort bien des petites vites que les intégristes vous passent. C'est vrai en tout temps, mais encore plus maintenant que vous apprêtez à vous lancer dans une course électorale. 

Et si d'aventure vous daigniez nous faire part de vos commentaires sur la question, de grâce, M. Norris, épargnez-nous votre réflexe conditionné de traiter en parias les citoyens qui se plaignent de ces abus. 

Profitez-en plutôt pour nous dire en quoi une fête privée organisée par un individu qui a fait passer la commande de cet objet fabriqué à la mémoire d'un proche décédé devrait forcer la fermeture des rues et artères commerciales? Il ne s'agit nullement d'une fête officielle du calendrier juif. A-t-on déjà permis un tel tohu-bohu pour un veuf éploré ou, plus joyeusement, pour le mariage de sa fille? Poser la question c'est y répondre.